La Situation Actuelle dans l'Église

Le Vrai Pape lors d'un voyage en Espagne avec son confesseur, Père Damasso, ofm cap.

“Vrai :  La situation actuelle dans l’Église est l’une des plus graves de son histoire.  Pour cette fois, le défi ne vient pas de persécution extérieure, mais de perversion intérieure.  Ceci est très grave.  Mais les portes de lenfer ne prévaudront point.”

(Livre: "La Nouvelle Église Montinienne", publié en 1971 par le Père Joaquin Saenz y Arriaga, p. 350)

Analyse de la citation :  Le sens de la référence Biblique de la promesse du Christ à Saint Pierre, “Mais les portes de l’enfer ne prévaudront point” est de souligner qu’il y a aujourd'hui une attaque contre la Papauté, que l'état du Pape en exile Grégoire XVII est réel, mais qu’il y aura restauration du Vrai Pape, un Successeur de sa lignée, de la vraie lignée Papale.  Ainsi la “perversion” peut être comprise comme signifiant l’usurpation de la Papauté par de faux princes (cardinaux qui ne sont pas catholique) qui se sont infiltrés pour pouvoir voter lors des conclaves.  C'est ce qui s'est produit lors du conclave de 1958 après la mort de Pie XII comme l'a mentionné le Pape Grégoire XVII au Père Khoat en 1988.

 (www.papalrestoration.com).

 

 

Dévotion À La Sainte Vierge Qui A Duré Toute Une Vie

Le Saint Père parle lors d'un pèlerinage à Lourdes.

“Lorsque, plusieurs années plus tard, il est tombé sur moi de consacrer l’ancien sanctuaire à Notre Dame des Grâces, j'étais heureux.  Un autre point de référence était le sanctuaire du Saint-Eau (Acquasanta).  Je crois qu’il y avait une tradition familiale pour passer la montagne et de monter à pied à la Acquasanta ; [mon père] lui-même conserva la dévotion jusqu’à la fin.  Une fois, quand j'avais dix ans, et que j'étais sur le point d’entrer au séminaire, il voulu m'amener à l’Acquasanta ; peut-être pour me mettre entre les mains de la Sainte Mère.  Là, j'acheterais l'acquasantino qui ferait parti de mon trousseau.  Tant de fois dans ma vie j'ai senti la présence de la Très Sainte Vierge:  je crois que je le dois à mon père.  Qui plus est, quand je suis né prématuré et en danger de mort, lui-même m’a dit de nombreuses années plus tard, qu'il  m'avait offert à la Très Sainte Mère. » (Mon Père, p. 11)